L’ÉTIQUETTE JUDO

, par Robert

L’ETIQUETTE AU DOJO - REI SHIKI


Le Reigi-saho est défini comme étant le comportement ( Saho) exprimant la politesse et la courtoisie ( Reigi), au Dojo comme dans n’importe quelle activité de la vie quotidienne. Il s’agit d’une attitude empreinte de respect envers autrui, et prescrite dans les arts martiaux traditionnels japonais par des dispositions immuables d’une étiquette (Rei-shiki). Le salut (Rei) n’est que l’une des expressions de cet état d’esprit du véritable Budoka.

L’étiquette au Japon est une notion légèrement différente de la nôtre. Pour les Japonais, elle signifie d’avoir de bonnes manières ; être poli, saluer en s’inclinant, hocher la tête en signe d’écoute, utiliser des sons d’écoute, essayer de comprendre l’autre au lieu de se faire comprendre, arriver à l’heure, présenter une personne à une autre tout en parlant avec un ton poli et posé. Nous avons incorporé ces façons de se comporter à notre pratique occidentale des arts martiaux. L’étiquette dans le dojo n’est pas conçue pour glorifier les seniors. Elle n’est pas conçue pour contribuer au mystique des arts martiaux. L’étiquette au Dojo est le gros bon sens, sécurité, discipline et bonnes manières, pour permettre un engagement optimal lors des entraînements.
Observer l’étiquette ne fait pas de nous de meilleures personnes en nous disciplinant, il nous rend meilleurs en nous permettant d’être aimable avec les autres. Quel que soit l’acte à accomplir il y a, selon le budo japonais, une façon économique de le faire. Un débutant peut trouver lassant les gestes et les formes des cérémonials et des étiquettes. Mais, rapidement, il découvrira que les manières prescrites sont celles qui sont les plus économiques énergétiquement parlant. L’étiquette, rend possibles et agréables les rapports sociaux. Une attitude arrogante, et une posture négligée favorisent le laisser-aller et la paresse, alors qu’ une attitude courtoise envers les autres et une bonne posture sont favorables à une bonne ambiance d’entraînement.

LE DOJO

Comme le Judo ou tout autre Art Martial japonais, le judo se pratique dans un Dojo. Dojo est un mot japonais, d’origine Bouddhiste, qui correspond au terme Sanskrit place de l’éveil ; un endroit consacré à un travail sur soi . C’ est aussi l’endroit où le professeur partage sa connaissance avec ses élèves. Pour cette raison il est d’usage de saluer en entrant dans le dojo dans la direction du joseki, généralement un petit autel ou bannière, et de saluer le professeur en tant que votre hôte Effectuez le même salut lors de votre sortie du tatami à la fin du cours, et ensuite en sortant du dojo.
Théoriquement, le Dojo est construit de manière très précise, et chacun de ses quatre murs à une fonction particulière ;
Kamiza (siège des Kamis), le mur frontal, est le coeur du Dojo. Dans un Dojo traditionnel japonais trône sur le mur un petit autel Shintō où l’on vénère les divinités. Le Sensei se place de ce coté, face à ses élèves. On peut également y trouver l’image du fondateur du judo, Jigoro Kano
JPEG
Shimoza est situé en face. Les élèves se placent de ce côté, les débutants (Kohaï) à la droite du Sensei, les plus gradés à sa gauche.
Joseki (coté supérieur). Les assistants du Sensei, et les ceinture noires se placent le long de ce mur , les invités d’honneur aussi.
Shimozeki (coté inférieur) est le coté opposé au joseki. C’est le second coté par lequel nous pouvons entrer sur le tatami.
Le plancher du Dojo est recouvert d’un tatami, sorte de matelas destiné à amortir les chutes, et à l’origine constitué de couches de pailles de riz.

LE SAMPAI

La notion de sempai est surtout une notion propre au japon, ici elle est plus symbolique. Le sempai peut être ; le plus ancien élève du professeur, le senior, le plus ancien élève lors d’une séance, quelqu’un de plus ancien par rapport à un autre, le sempaï signifie celui qui a commencé avant vous, le kohaï celui qui a commencé après vous. Tout pratiquant dans un dojo est le sempaï de quelqu’un…
Le sempaï se doit de suppléer le professeur lors d’un cours ; car il va veiller lors d’une séance à ce que chacun respecte bien les règles et ceci pour le bon fonctionnement de la séance. Le sempaï en règle générale c’est donc tout individu qui a plus d’ancienneté qu’un autre. Le sempaï du cérémonial c’est l’élève le plus gradé et lorsqu’il y en a plusieurs du même grade c’est le plus ancien. Il se doit pendant le cours et les saluts veiller à ce que les élèves respectent bien toutes les règles du dojo.

LE KOHAI

Comme il a été déjà mentionné, le kohai est quiconque avec moins d’expérience que vous, littéralement il signifie le "junior". Veuillez aider quiconque a besoin de votre expérience, pas avec une attitude de supériorité, mais comme modèle, avec la simplicité et la modestie de celui qui transmet ses connaissances acquises par l’effort, le travail et les différents. Rappelez-vous, qu"il y aura toujours quelqu’un plus haut gradé que vous. La bonne attitude à avoir est de se considérer comme un étudiant en toute occasion.

LE SALUT DEBOUT

Pour le salut debout (ritsurei), tenez vous droit avec la paume des mains touchant le côté des cuisses. Les pieds sont ensembles ,collés aux talons avec les orteils pointés à un angle de 45 degrés (musubi dachi), colonne vertébrale bien droite, les épaules tombent naturellement. On admet dans cette position un temps d’inspiration. Puis on incline lentement le tronc vers l’avant en expirant. Enfin, on se redresse en inspirant. Ainsi, on exprime par ce salut son respect pour le lieu.
Notons un aspect très important concernant le regard : on baisse les yeux uniquement lorsque l’on salue à l’entrée et à la sortie du dojo, pour signifier son humilité profonde à une personne, ou encore pour exprimer des excuses à quelqu’un. Dans de pareilles circonstance et dans la position Seiza, on salue en s’inclinant très bas, le front touchant alors le sol. A l’exception des cas cités ci-dessus, on maintient toujours le regard vers la personne située face à soi lors du salut, et ce afin de prévenir toute attaque surprise.
Penchez vous légèrement, en gardant les yeux au sol. Si vous saluez votre partenaire durant l’entraînement, gardez un contact visuel avec cette personne. Shomen ni reï ; on salue le fondateur , Shomen signifie l’au delà, le maître et rei c’est le commandement d ’exécution que l’on retrouve à chaque fois. Ce salut principalement sert à remercier les anciens sans qui le judo n’aurait pu prendre naissance et qui ont consacré leur vie pour le développer et le faire perpétuer jusqu’à aujourd’hui.
Senseï ni reï ; on salue l’instructeur ;
ouss ! C’est une manière de montrer son respect et sa reconnaissance.

LE SALUT ASSIS

Pour s’asseoir dans le dojo, il existe deux postures à adopter. La première est la position agenouillée en seiza. La seconde est la position en anza, assis avec les jambes croisées. Il est de mise de prendre l’une de ces positions lors d’explications, de démonstrations ou de période de repos. Il faut absolument éviter de se coucher sur le sol ou de s’asseoir avec les jambes allongées, car ces postures, en plus d’avoir l’air négligé, peuvent être source d’accident. Il faut également éviter d’adopter une posture nonchalante : un budoka doit toujours être alerte et savoir bien se tenir à l’intérieur du dojo.
Seiza est une position assise japonaise traditionnelle. La façon de s’asseoir sur les genoux est pratiquée dans tous les Arts Martiaux. Ainsi, on stimule certaines parties du corps dans cette position et on chasse hors de soi toutes pensées négatives. Les genoux doivent être distants perpendiculairement de deux fois la largeur d’un poing. Les bras viennent se placer sur le haut des cuisses, les paumes de la main bien à plat. Le dos est bien droit, le poids doit être réparti légèrement à l’arrière, la tête bien dans l’axe de la colonne vertébrale. Posez directement le genou gauche au sol, puis le droit, et en s’asseyant sur les talons, orteils allongés et croisés. Les genoux sont à la largeur des épaules, les paumes sur les cuisses, les doigts vers l’intérieur de la cuisse. Le dos est droit.
Pour saluer, assis en seiza, il faut d’abord poser la main gauche au sol et ensuite la main droite. Les deux mains se rejoignent en triangle,doigts vers l’intérieur. En se relevant, c’est d’abord la main droite qui vient se mettre sur la cuisse droite, puis la main gauche sur la cuisse gauche. Lors du salut , les deux mains se positionnent ensemble à terre. Shomen ni reï ; on salue le fondateur, penchez vous brièvement sans toucher le sol avec votre front. Redressez vous en plaçant les mains sur les cuisses. Senseï ni reï ; on salue l’instructeur ;ouss ! Les plus hauts gradés se lèvent en premier.

LES DEUX FORMES DE SALUT DEBOUT

En matière de salut à la manière japonaise en inclinant le buste, il convient de distinguer au moins deux façons de saluer dans un dojo. L’un est un salut de respect ou de politesse, dans lequel on incline aussi la tête. L’autre est un salut envers le partenaire ou l’adversaire auquel vous devez manifester du respect, sans toutefois manquer de vigilance. Dans cette situation, vous ne devez pas le quitter les yeux pendant le geste du salut. Surtout dans le cas du combat, vous pouvez recevoir une attaque au moment où vous avez baissé le regard, puisque, selon la coutume du budo il s’agit d’une erreur de votre part.

RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES

Quelques principes à suivre pour le bien-être de tous lors des entraînements ;

* La tenue vestimentaire ne doit jamais être négligée. Votre équipement doit être propre
*Il est important de rajuster son keigoji de temps à autre au cours de l’entraînement et il est de mise de le faire avant chaque salut.
*Le nœud de ceinture doit être fait correctement.
*Pour des raisons de tradition et d’hygiène, il est interdit de marcher sur le tatami avec des chaussures.
*Les ongles doivent être coupés, c’est une question d’hygiène et de sécurité.
*Les bijoux doivent être enlevés, et les cheveux attachés en arrière avant que la pratique commence.

UN BUDOKA DOIT :
* Toujours saluer lors de toute entrée et sortie du dojo, mains sur l’avant des cuisses, regard au plancher.
*S’il y a un cours qui se termine avant le vôtre, soyez silencieux pour que les élèves puissent se concentrer et entendre l’instructeur.
*Si vous arrivez en retard, attendez que l’instructeur vous donne la permission de rejoindre les rangs.
*Il est nécessaire de toujours avertir le professeur pour sortir du dojo pendant le cours. Si vous devez quitter avant la fin du cours, informez l’instructeur au début du cours ;c’est surtout une question de sécurité.
*En silence, écoutez attentivement les consignes de l’instructeur. Regardez, puis pratiquez les techniques. On écoute le professeur et on répond à ses explications ou à ses suggestions par un houss sonore et volontaire, qui témoigne de notre bonne compréhension.
*Lorsque le professeur corrige notre technique, on le remercie en disant houss.
*Ne vous appuyez pas contre le mur, ne croisez pas les bras (attitude de fermeture).
*Si vous êtes à l’avant baissez vous pour permettre aux élèves derrière vous de voir les démonstrations.
*Ne permettez pas à votre attention d’errer pendant le cours. Ne jasez avec les autres étudiants. Tirez le meilleur de chaque pratique.
* Après le dernier salut à la fin du cours, il est d’usage de remercier l’ instructeur pour avoir partagé avec nous son expérience et son savoir

Finalement, rappelez-vous d’employer la bonne étiquette et la bonne attitude partout où vous êtes, et de manifester une certaine fierté. Tout ceci démontre qui vous êtes, et votre club où vous vous entraînez sera bien représenté.

A voir également,

Vidéo sur l’étiquette,

vidéo Rei sur le salut (université de Tenri)